Économie du bien commun

IMG_0590_1Sous le titre Économie du bien commun, Jean Tirole, prix Nobel d’économie 2014 vient de publier un ouvrage remarquable dans lequel, dès l’avant-propos, il livre sa vision personnelle de la science économique.

Pour lui, « l’économie est au service du bien commun ; elle a pour objet de rendre le monde meilleur». Elle ne se substitue pas à la société pour définir ce qu’est le bien commun, mais elle «  peut orienter le débat vers les objectifs incarnés dans la notion de bien commun en les distinguant des instruments qui peuvent concourir à leur réalisation». Elle a aussi pour «tâche d’identifier les institutions et les politiques qui promouvront l’intérêt général».

Tour à tour, de façon simple et fouillée, il aborde le rapport de la société à l’économie, le métier d’économiste, ses grands acteurs que sont l’État et l’entreprise. Il apporte des éléments de réflexion sur les grands défis macroéconomiques actuels et explique comment relever le défi industriel tout en faisant en sorte que les biens et services soient au service du public.

Dans son encyclique Laudato Si’ le pape François appelle impérativement au dialogue des religions avec la science et l’économie. Il s’agit pour lui d’une rencontre absolument nécessaire à une mise en œuvre réussie du concept d’écologie intégrale. Pour Tirole, le changement climatique est un problème de bien commun et constitue un des grands défis de l’humanité. Le chapitre 8 de son livre intitulé : Le défi climatique présente maintes pistes pour alimenter ce dialogue.

À lire et à assimiler.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :